Cycles d’écologie politique // Coorganisé par Érosions et le collectif Les Pages manquantes

// Coorganisé par Érosions et le collectif Les Pages manquantes.

11h – Brunch – bibliothèque

Corpus de livres et de textes sur l’écoféminisme, l’écologie décoloniale et les rapports aux plantes médicinales, autour d’un brunch automnal.

 

14h : Présentation et discussion L’empire du paludisme

Après avoir enquêté sur les pratiques médicinales des communautés guyanaises, l’Institut français de recherche pour le développement (IRD) a breveté en 2015 une molécule issue d’un arbre, le Quassia amara, connu pour ses vertus contre le paludisme. En prenant pour point de départ cette affaire récente, on remontera aux liens qui se sont historiquement construits entre l’expansion coloniale et la lutte contre le paludisme. Avec Samir Boumediene, auteur de La Colonisation des savoirs (Les Mondes à faire, 2016).

 

17h : Conférence et débat Être écoféministe, théories et pratiques

Dans son ouvrage Être écoféministe, théories et pratiques (L’Échappée, 2020), Jeanne Burgart Goutal restitue les différentes approches politiques qui constituent ce mouvement pluriel et inclassable, né il y a plus de quarante ans. Sans faire l’impasse sur les paradoxes et les tentatives commerciales de récupération du mouvement, l’autrice déploie la richesse politique de ces pensées qui lient oppression des femmes et destruction de la nature. Avec Jeanne Burgart Goutal.

Présentation – discussion : Apprendre à se défendre ensemble

 
18h30 – Ouverture des portes / cantine vegane
19h30 – Présentation – discussion
21h30 – Cantine vegane
Entrée prix libre / Le port du masque est recommandé
—-Présentation croisée du livre Pour l’auto-défense féministe par son autrice Mathilde Blézat et des actions de prévention primaire de l’association Ancrage par ses membres.“Au jour le jour, que fait la violence à nos vies, à nos corps et à nos muscles ? Et eux à leur tour, que peuvent-ils à la fois faire et ne pas faire dans et par la violence ?” *

Cette rencontre articulera écrits, récits d’expériences et de pratiques de l’autodéfense et de l’autoprotection.
Pour lutter contre les violences patriarcales depuis l’école, la rue, un arrêt de bus, une chambre à coucher, une réunion de famille…
Nous verrons comment les outils forgés par les praticien-nes de l’autodéfense féministe essayent de penser les conditions des minorités politiques créées par le patriarcat : les femmes dans leur diversité de race, de classe, de genre et de sexualité et les personnes discriminées pour leur identité de genres et leurs sexualités, mais aussi pour les enfants pris dans la domination des adultes.
Nous discuterons de ce que peut la prévention primaire des violences ; comment la transmission de ces outils peut renforcer l’autonomie, la conscience de sa force et la confiance en soi, bref, peut-être changer nos vies.* Elsa Dorlin dans Se Défendre.—-
Mathilde Blézat est journaliste et autrice, membre de la revue Z depuis 2012, co-fondatrice de la revue Panthère Première et co-autrice de l’ouvrage Notre Corps, nous-mêmes (février 2020, éditions Hors d’atteinte. Elle est militante féministe depuis plus de quinze ans.

Ancrage, association de prévention primaire des violences qui propose des activités d’auto-défense pour les femmes, les filles, les enfants ainsi que toutes les groupes de personnes discriminées par leurs identités de genres, leurs sexualités, leurs origines et leurs conditions sociales. Elle s’inscrit dans une démarche féministe et s’inspire des outils de l’éducation populaire.

Nous vous écrivons depuis la révolution. Récits de femmes internationalistes au Rojaya.

Nous vous écrivons depuis la révolution 
Écrit par des femmes ayant passé de quelques jours à plusieurs années au cœur de la révolution du Rojava, ce livre nous invite à découvrir la réalité des femmes kurdes qui construisent cette révolution féministe au quotidien : autodéfense armée et civile, éducation, coopératives, démocratie de base… Une porte ouverte aux réflexions et discussions pour se nourrir ici de ce qui est expérimenté là-bas.

 

 

Modus Operandi

Dans le cadre des Rencontres de Géopolitique critique, l’association Modus Operandi propose l’écoute de deux documentaires sonores réalisés par l’atelier radio « À plus d’une voix », suivie d’une discussion.

-« Les mots des autres », 2018, 32 mins

Avec quels mots parle-t-on de l’exil, de la migration, des mobilités et des gens qui les vivent ? On s’est posé la question de ces usages et de leur sens qui n’est jamais neutre.

-« Face aux récits médiatiques, notre parole », 2022, 35 mins

Le traitement médiatique de la question migratoire construit des politiques de rejet et une gestion policières des personnes. Il produit les pires préjugés et divise. Pourquoi le sujet prend une telle place ? Quelles continuités historiques peut-on y voir ?

Avec les équipes de réalisation de ces deux documentaires.

En série #7

Produire en série des images et des textes, s’efforcer d’être dans la précision et la régularité tout en laissant leur place au hasard et à l’expérience, ainsi qu’au manque de matériel ; produire sans devenir une mini-usine ; aider à l’auto-édition sans devenir maison d’édition, donner des moyens à celles et ceux qui n’en ont pas ; se poser des questions techniques, politiques et économiques ; éviter les inondations ; faire circuler des savoirs qu’on maîtrise à moitié ; faire des choses qu’on n’avait pas essayé avant, des fois ; faire des choses jolies, tout simplement ; des choses nombreuses, souvent : bienvenue à l’atelier de sérigraphie 103. La septième ouverture publique de l’atelier traitera plus particulièrement des livres et des fanzines.

Discussion
Vendredi 3 juin – 18h
Discussion autour des fanzines : pourquoi continuer à fabriquer,diffuser, lire des zines papiers à l’ère d’internet ? Fétichisme ? Politique ?

Ateliers
Samedi 4 et Dimanche 5 juin – de 13 à 19h
Atelier d’initiation à la sérigraphie (création & impression) autour d’un livre des éditions Le commun des mortels. Pour vous inscrire : 04 38 02 99 49 et contact@le102.net .

Concert
Samedi 4 juin – 20h30 – 4/5€ au choix
Tobaïas [screamo, Bourg-en-Bresse] et Mannequin [Aixles-Bains, post-hardcore].
Liens : Tobaïas et Mannequin

Ladyfest

ÀGrenoble, durant ce mois de mai, est organisé un Ladyfest,c’est-à-dire un festival autogéré etnon-commercial qui met sur le devant de la scène lescréations, savoirs, cultures et luttes des femmes, deslesbiennes et des trans.
Il y aura des concerts, des ateliers, une déambulation nocturne,des discussions, des films, des apéros, des spectacles, unecantine…
Le 102 accueillera pendant une semaine une grande partie de cesévénements ; certains seront mixtes, d’autres non.Vous trouverez le détail sur le programme propre auLadyfest…
ladyfestgrenoble.canalblog.com