Projection de « La Fabrique du consentement »

13 témoignages, 16 acteur-ices, 2 marionnettes anthropomorphes aux têtes animales, dévoilent des outils de consentement sexuelles verbaux et non-verbaux dans un documentaire québécois plutôt joyeux, décentré de l’agression, soutenue par des choix artistiques expérimentaux, justes et
esthétiques.

« Et si les communautés lesbo-queer avaient quelque chose à partager des singularités de leurs sexualités ? (…) Existe-t-il une zone floue, un continuum entre consentement et agression ? De quelles manières peut-on déjouer la culture du viol et innover en matière de consentement ? Comment la notion d’agression a-t-elle été instrumentalisée historiquement pour exclure les femmes trans ? Au cœur de leurs intimités, les protagonistes du film se mettent en colère, rient, inventent d’autres possibles »

18h : écoute sonore d’un podcast : Consentir sous alcool, est-ce possible ? (30min)
19h : repas
20h : projection du film
21h30 : discussion en présence de la réalisatrice

Bar sans alcool, infokiosque & entrée à prix LIBRE

Charles, mort ou vif de Alain Tanner

Charles, mort ou vif de Alain Tanner (93 min. / noir et blanc / Fiction / Suisse / 1970).

Mort un onze septembre 2022, Alain Tanner eut toutefois la bonne idée de réaliser Charles, mort ou vif, 53 ans auparavant… Financé avec l’aide de la TSR et surtout du Groupe 5 – un collectif de production et de soutien entre cinéastes, ce premier long métrage raconte comment Charles Dé (François Simon), industriel honoré le jour des 100 ans de son entreprise, choisit de s’exprimer à rebours des belles intentions puis part dériver. Plus tard, on balance une bagnole du haut d’une falaise, on cite Bakounine, René Char, on s’en fout. C’est l’hiver, c’est l’esprit de Mai. C’est post-68 et même les riches craquent.

 

 

 

Taming The Garden

Un film de Salomé Jashi (Documentaire, 92min, 2022)

« Apprivoiser le jardin ne raconte qu’une partie de l’histoire qui nous est arrivée à tous, ici, dans le pays de la Géorgie. L’hisoire proprement dite, avec toutes ses dimensions et tous ses éléments, est immense, et ne peut être comprimée dans un format de film. »

L’Excentrique Cinéma

// Organisé par l’association CINEX.

Ouverture des portes à 19h

Jeudi 17 novembre Little Palestine, journal d’un siège de Abdallah Al-Khatib (2021, 83 min) en présence du réalisateur.

Pendant la guerre civile syrienne, Yarmouk, quartier de Damas, où sont réfugié.e.s des milliers de Palestinien.ne.s a été le lieu de combats féroces. Journal filmé qui suit le destin des civils pendant le siège brutal, imposé par le régime syrien, suite à ces batailles, chant d’amour à un lieu qui résiste avec dignité aux atrocités de la guerre.

 

Vendredi 18 novembre Soy Libre de Laure Portier (2021, 78 min) en présence de Xavier Sirven, monteur du film.

Arnaud, c’est mon petit frère. Un jour, je me suis rendue compte qu’il était déjà grand. Il est né là où on ne choisit pas et cherche ce qu’il aurait dû être. Libre.

Her Name Was Europa

Un film du duo OJOBOCA (16mm, 70min, n&b, 2020), en présence des réalisateur.ice.s.

L’auroch a la particularité d’être le premier cas documenté d’espèce animale disparue. Le dernier auroch sauvage répertorié est mort dans la forêt de Jaktorów, en Pologne, en 1627. Le déclin et la disparition des aurochs sont dus à la fois à la chasse et à l’introduction de bovins domestiques.Les caractéristiques attribuées à l’animal, telles que la vitesse, la force et le courage, lui conféraient un grand pouvoir symbolique. Au XXe siècle, plusieurs expériences pour ramener les aurochs à la vie ont été tentées.

En remontant les murs

// Organisé par le collectif LUCSE (Luttes pour un Usage Collectif et Solidaire des Espaces).

Un film de Marie-Noëlle Battaglia (50min, 2020), en présence de la réalisatrice.

Marseille, ville ouverte avec son tiers de logements en résidences fermées, entourés par des barrières ou des murs. Sarah habite en bordure de Coin Joli, un quartier pavillonnaire, autrefois libre de passage, mais dont les rues ont été progressivement barrées. Déterminée, elle s’engage contre ces fermetures qui se répandent en domino, de résidences en résidences, générant détours et conflits. Immersion dans ce petit bout de ville qui dessine un autre Marseille, celui de demain, en équilibre instable entre aspirations individuelles, propriété privée et le désir d’une ville ouverte et commune à tous.

 

Le magnétophone de Noémi Aubry

19h30 : repas vegan
21h : projection puis échange avec la réalisatrice

 

Synopsis par la réalisatrice :

Histoire de 3 femmes et de fantômes d’un pays à l’autre, entre les générations, que nous reste-t-il ?
​Une cassette retrouvée dans un magnétophone contenant des messages en vénitien enregistrés par les immigrés de ma famille quand ils allaient voir leurs parents en Italie. Le magnétophone faisait la route entre les 2 pays, nouant les histoires, chantant des chansons et apportant les nouvelles. De cette cassette, je ne savais rien et de ces histoires peu. Ce film est une correspondance, en lettres, en journal, en paroles, et peut-être une adresse aussi.
​En 1952, mon grand-père Angelo part d’Italie pour aller travailler en France, il a un contrat de trois mois mais il décide de ne pas rentrer comme prévu. Par ce geste, se joue la trajectoire de sa femme et sa fille qui le rejoindront en 1953, laissant leur foyer, leur famille, leur maison pour un pays dont elles ne connaissent rien. C’est leur histoire, à elles, si peu entendue, que j’essaie de recomposer. Et par là, celle de ma propre génération, de notre mémoire.

Site Internet : https://nomiozho.wixsite.com/ozhonaaye/copie-de-ba%C5%9Fka-bir-da%C4%9F

Darkness Darkness, burning bright

Un film de Gaëlle Rouard (16mm, 70min, couleur, 2022)

Nous vous proposons avec joie les contemplations chiaro-obscures de Darkness, Darkness, burning bright, dernier film de la montagnarde cinéaste des plateaux, Gaëlle Rouard. En deux parties, prélude et oraison, entre fouets et traversées lumineuses pourront émerger quelques bêtes du noir, fond de saturation des couleurs. On sait seulement que le vent souffle, le temps passe, le soleil est écrasé, les âmes s’obstinent, obliques et fragiles. Venez pour le vivre.

Film GRUPPO PETROLIO

Projection dès 18h d’un film de 8 heures en 9 épisodes.

A l’origine : Pétrole, livre inachevé de Pasolini, fable queer et décoloniale complexe démontant les rouages du système de pouvoir organisé autour de l’exploitation pétrolière. Lili Reynaud-Dewar crée une équipe qui s’empare du texte pour réaliser cette fiction-comédie en 9 épisodes qui se déroulent à Grenoble. Alors, qui jouera le rôle de qui ? Qui s’empare de quoi, et qu’est-ce que cette fiction tend à faire exploser ?

Attention : Ouverture des portes à 17h. La projection débutera à 18h., puis on marquera une pause toutes les deux heures environ. Dispositif spécial : tu pourras parfois circuler librement pendant la projection, parfois non. Fin du truc : vers deux heures du matin…

Bar et petit repas sur place.

Tarif : 4/5 euros.

Soirée de soutien dont les bénéfices serviront aux travaux du 102.

 

GESTICULATIONS

° jauge : 65 personnes °

* 19h30 ouverture – 20h30 projections *

Achtung! propose une sélection de 11 courts métrages -74min- en vidéo

Chorégraphies, mouvements micro et agitations macro, reproductions gestuelles mécaniques et chromatiques, semi-activité et sur-activité : onze postures sous onze angles.